Bonjour Lionel,

Les appuis sont exacts. Il y a cependant, lorsque nous entrons dans les détails, des imperfections, mais l’attitude du personnage est plutôt bien vue.

IMAGE 1 :

La position nonchalante est bien observée, toutefois l’index est penché par rapport à la surface du cube, et pas perpendiculaire (cf. a) : on a donc un peu l’impression qu’il frotte le cube, genre « Chérie, il reste de la poussière ». Au niveau de la couleur, réaliser un rendu flashy est difficile avec de l’aquarelle. L’aquarelle est une peinture qui sèche rapidement et le rendu est mat. Il est possible sur Photoshop de modifier la saturation des couleurs et ainsi les rendre plus vives.

IMAGE 2 :

Les doigts sont trop serrés (cf. b) : faites le test en essayant de pousser un mur, instinctivement les doigts s’écarteront pour avoir une plus large zone de pression. 

IMAGE 3 :

Même remarque pour les doigts (cf. b). Il y a quelques erreurs de dessin, surtout dans les vêtements, et surtout le pan de la chemise ! (cf. c) : D’où vient ce pan mutant ? On a un peu l’impression que sa chemise est en train de fondre.

Idem pour le pli assez illogique qui lui barre le dos.

L’on voit aussi un problème de structure, ses jambes sont trop courtes par rapport au buste et aux bras (cf. d).

Il est vrai qu’on a tendance à sur dimensionner la partie supérieure des corps, alors qu’en moyenne les jambes occupent la moitié inférieure de la hauteur.

LE SHAOLIN ET LE CUBE

Il y a une erreur sur l’ombre projetée du cube (cf. e). Ici apparaît aussi un défaut qui était moins flagrant dans les précédentes images : le cube ressemble quand même sacrément à un gros bloc de gelée (cf. f). Moins que le trait tremblotant, c’est surtout qu’il semble se déformer sous la pression.

KUNG-FU FREEZER : 

Image intéressante, car on peut jouer sur les éclairages, mais il y a quelques défauts. L’intérieur du frigo, d’où provient la lumière et qui est normalement blanc, est ici quasiment aussi sombre que la pièce autour ! (cf. g). Colorer en vert sombre avec des hachures les parois du frigo n’est pas une bonne idée. Les ombres portées au sol sont bien, à part celles des grilles sur la droite qui à priori n’ont pas lieu d’être puisqu’elles sont déjà dans l’ombre (cf. h). 

 

LES CROQUIS :

Ah, ça fait plaisir à voir, des planches de croquis ! Les petits gusses en fil de fer, c’est vraiment essentiel, c’est grâce à ces études de structure qu’on finit par se mettre en tête des bons réflexes de proportions, de mouvement.

 

EN CONCLUSION :

Tu trouves ton trait trop figé une fois finalisé ; c’est vraiment quelque chose de très courant, comment arriver à conserver, au moment du passage à l’encre, cette satanée énergie propre au croquis ? Hein, comment ? Je te le demande, parce que moi-même je ne le sais pas.

Personnellement, auparavant cette étape de l’encrage me stressait tellement que j’avais fini par la zapper : je faisais mon dessin en crayonné, assez poussé, je scannais, je poussais les contrastes pour avoir du noir bien noir et du blanc bien blanc madame Denis, et j’avais mon encrage, et tout le monde était content. On voyait même encore certains traits de construction, des traits ratés ou mal gommés, j’étais comblé (Ce n’est qu’après que j’ai découvert Thomas Ott, mais c’est une autre histoire…).

 Pour en revenir à ton rendu, dans le genre figé, on a quand même vu pire ! Tu as même un trait plutôt nerveux en fin de compte, en petites hachures. Non, ton problème vient surtout d’erreurs de structures, de formes trop molles, indécises.

Malgré qu’on sente dans ton commentaire un ton de désillusion, je ne peux qu’approuver ta démarche, je crois qu’il ne faut pas trop intellectualiser ce genre de chose, moi qui suis plutôt adepte d’une certaine approche instinctive et à l’emporte-pièces. Trait nerveux et imparfait, rehauts à l’aquarelle, que demander de plus, ces mots chantent à mon oreille !

 Ton problème n’est pas le style dans lequel tu représentes les choses, mais bel et bien ce qu’il y a à l’intérieur des choses. Je te conseille de poursuivre ces études de personnage en fils de fer, c’est vraiment comme ça que tu vas finir par t’habituer à la structure des personnages.

coût du module de formation : 60 €

INSCRIPTION